Emmanuel Bouchard (dg Chambre de commerce), Louis Roy (nouveau président de la Chambre de commerce), Rémi Marcoux (président du conseil d’administration de Transcontinental) et Gilles Bélanger (député d’Orford) entourent le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon (au centre), lors de sa conférence organisée par la Chambre de commerce Memphrémagog. (Photo Le Reflet du Lac – Dany Jacques)

DANY JACQUES djacques@lerefletdulac.com

POLITIQUE. Magog Technopole (MT) reste sur son appétit après la visite à Magog du ministre Pierre Fitzgibbon, jeudi dernier (27 juin), même si le dossier du financement de la télésérie Amos Daragon se trouve actuellement sur le bureau du premier ministre François Legault.

Le directeur général de MT, André Métras, était heureux d’accueillir le titulaire du portefeuille de l’Économie et de l’Innovation du Québec, mais déçu qu’il ne confirme aucune aide financière pour éviter de perdre environ 45 emplois, des postes associés à la poursuite du projet de la série animée à Magog.

Selon M. Métras, cette aide gouvernementale est essentielle à la suite des choses dans le contexte de croissance de Magog Technopole. « Sans collaboration, on fragilisera notre organisation au plan budgétaire et au plan des ressources qu’on peut affecter à nos entreprises. Notre développement est compromis », prévient-il.

André Métras craint une réponse négative de Québec, ce qui donnera, selon lui, un mauvais signal aux partenaires actuels de Magog Technopole. « Ils retireront peut-être leurs billes, mais on a besoin de tous ces collaborateurs pour préserver notre modèle d’affaires et solidifier notre budget actuellement précaire », espère-t-il.

Sylvain Viau, le grand manitou de l’entreprise IceWorks Animation, manifestait également de la déception, surtout que le dossier du financement de la télésérie demeure au statu quo.

Dans le cadre de sa visite, le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon, a néanmoins mentionné que ce dossier se trouvait actuellement sur le bureau du premier ministre. « Ce n’est pas un mauvais projet, au contraire. Son financement n’entrait tout simplement pas dans les programmes normés du gouvernement », a-t-il expliqué, sans donner de délai de réponse en provenance de Québec.

CONFÉRENCE ETVISITES D’ENTREPRISES

Avant de rencontrer des entrepreneurs et des dirigeants de Magog Technopole, Fitzgibbon a présenté une conférence organisée par la Chambre de commerce Memphrémagog. Une soixantaine de gens d’affaires et d’élus de la région assistaient à cette rencontre tenue au restaurant Fondissimo.

Il a parlé de la réforme d’Investissements Québec, qui devrait, selon lui, favoriser davantage les régions dans le futur. « Investissements Québec doit devenir l’unique porte d’entrée vers les ministères afin de faciliter la vie des entrepreneurs, a-t-il spécifié. Nous devons nous connecter davantage sur les régions, tout en faisant plus de prospection à l’étranger pour attirer des investisseurs. »

Ses trois grands chantiers à l’Économie sont d’accélérer les investissements des PME en innovation, augmenter les investissements étrangers au Québec, ainsi que bonifier et diversifier les exportations.

« Nous travaillons également très fort pour combler les 114 000 postes disponibles et vacants au Québec, en ayant recours aux immigrants et en créant des incitatifs pour que les travailleurs d’expérience demeurent sur le marché du travail », a-t-il expliqué en parlant de la pénurie de la main-d’œuvre.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published.

top